Marche sur le feu – Temple de Stella à Piton Saint leu

Decembre 2009 296

La marche sur le feu représente pour tous une cérémonie chargée de significations. Elle retrace l’histoire de la déesse Pandialée qui n’a pas hésité à braver les flammes pour prouver sa fidélité. En effet, Draupadî (Dolvédé à la Réunion), aussi appelée Pandjalî (Pandialé), née d’un feu sacrificiel, devient la femme du héros Arjuna. Un jour, Arjuna doit partager son épouse avec ses quatre frères. Mais la femme doit rester pure. Pour prouver sa chasteté, Draupadî doit marcher sur le feu à chaque fois qu’elle change de mari.

La marche sur le feu se déroule à l’issue d’une période rituelle de 18 jours, période durant laquelle les marcheurs vont se purifier par le carême (jeûne végétarien), l’abstinence sexuelle et la prière. Ils vont aussi s’imprégner des éléments mythologiques liés à leur acte avec des récits ou des représentations qui ont lieu tous les soirs au temple.

Le jour de la cérémonie, dès l’aube, les marcheurs vont préparer, le « Tikouli », (trou de feu) où seront étalés les braises et les cendres et le « Palkouli » (trou de lait), bassin dans lequel passeront les marcheurs après avoir traversé le brasier. Puis ils vont brûler une grande quantité de bois qui, après de longues heures, deviendra un monceau de braise et de cendre et servira pour le « Tikouli ».

Decembre 2009 256

Decembre 2009 271

Decembre 2009 260Decembre 2009 268

Différents rituels ont lieu au bord d’une rivière. La procession fait son retour au temple en fin de journée. Après une dernière bénédiction, le prêtre est le premier à marcher sur le tapis de feu, sous le regard d’Alvan, un des fils d’Aldunin dans la version tamoule du Mahâbhârata.

Après le prêtre, c’est au tour des pénitents. Bénis un à un, ils se lancent. Certains portent un « karlon » sur la tête, d’autres leur enfant dans les bras.

Decembre 2009 296Decembre 2009 298

Des coqs et des cabris sont sacrifiés ensuite, en signe de remerciement.

Decembre 2009 269

Guérison de la maladie d’un proche, solution d’un problème personnel ou tout autre faveur divine : autant de raisons de mener l’épreuve.

Decembre 2009 305

Offrandes, noix de coco, citrons, épices …

 

Sources : mi-aime-a-ou.com et le journal de l’ile

 

Suivez-nous en vidéo !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s