A la découverte du patrimoine Dionysien

jep-2017_0

A l’occasion des journées européennes du patrimoine, nous avons choisi de nous rendre dans le chef-lieu, à Saint Denis, où se trouve la majeur partie des monuments historiques de l’ île.

Nous voilà parti pour une ballade de plus de 3 heures, dans les rues de Saint Denis, à la découverte d’une partie de ses cases créoles, de ses édifices religieux, mais aussi de son passé colonial …

La Cathédrale de Saint Denis

22, Avenue de La Victoire

Construite de 1829 à 1832, La Cathédrale de Saint Denis est une cathédrale catholique romaine. La fontaine sur le parvis date de 1854. L’ensemble de l’édifice (La Cathédrale, la Place et la Fontaine) est classé au titre des Monuments Historiques le 13 octobre 1975.

Le buste est celui de Monseigneur Alexandre Monnet (1812-1849). Surnommé « Père des Noirs » il est connu pour son engagement anti-esclavagiste.

Le monument aux morts

Situé au croisement de la Rue de La Victoire et de la Rue de La Compagnie des Indes, le Monument aux Morts de la première guerre mondiale est inscrit parmi les monuments historiques par arrêté du 17 octobre 2007.

L’ Hôtel de Ville

2, Rue de Paris

Inauguré en 1860, l’Hôtel de Ville était à l’origine entièrement blanc. Vers 1936, une peinture beige est appliquée sur les façades extérieures. A la fin des années 1950, les murs sont peints en gris clair et les chaînages en basalte grattés afin de laisser la pierre volcanique apparente. L’Hôtel de Ville est classé aux Monuments historiques le 13 octobre 1975.

 

Photo d’époque : http://www.mi-aime-a-ou.com

 

Maison Déramond Barre

15 rue de Paris

C’est dans cette maison que sont nés le poéte Léon Dierx en 1838 et l’ancien Premier ministre Raymond Barre en 1924. La villa est devenue la propriété du département qui l’a rachetée aux héritiers du Docteur Déramond, qui était le grand père de notre ancien premier ministre Raymond Barre. Elle est classée aux Monuments Historiques le 6 juillet 1987.

Maison Carrère

14, rue de Paris

Datant du XIXème siècle, cette maison fut rachetée par Raphaël Carrère, un important négociant en sucre, en 1905. Il s’y installe avec sa femme Amélie et leurs cinq filles.

Le bâtiment est classé à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 22 octobre 1998. Il abrite aujourd’hui l’office du tourisme.

Une petite pause le temps de déguster un « Riz chauffé » (riz frit composé des restes de la veille : riz blanc cuit, huile, sel, piments, mélangés à de la viande, oeufs ou jambon), qui a longtemps été le petit déjeuner créole et qui nous a été gentiment offert par l’office du tourisme.

 

La Villa du Département (ancienne Maison de Boisvilliers)

18, Rue de Paris

Construite au début des années 1790, elle est aujourd’hui la propriété du Conseil Départemental de La Réunion. Elle n’est pas classée aux Monuments Historiques.

L’Arthothèque (ancienne Maison Mancini en 1924 et Maison Mas en 1935)

26, rue de Paris

Construite au début des années 1840 par Paul Auguste Fraigneau, négociant à Saint Denis, cette ancienne maison de maître est cédée au conseil général en janvier 1985. Depuis 1991, elle a pour mission de valoriser l’art contemporain à l’île de la Réunion avec des expositions temporaires et permanentes. Elle n’est pas classée aux Monuments historiques.

Le Musée Léon Dierx

28, Rue de Paris

Construite entre 1842 et 1846, cette magnifique demeure, occupée jusqu’en 1911 par l’évêché, devient le 12 novembre 1912 le deuxième musée de l’île (après le musée d’histoire naturelle). Entièrement détruite en 1963, elle est reconstruite et le musée réouvre ses portes en 1965. Il se distingue par  la très grande qualité de ses collections d’art moderne. Cette maison inspirée du style néo-classique n’est pas classée aux Monuments historiques.

Inauguration du musée Léon Dierx le 12 novembre 1912. Collection Privée Archives Départementales de La Réunion
Photo : www.cg974.fr

 

 

Maison Timol

32, Rue de Paris

Inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 11 septembre 1990, cette maison est construite entre 1776 et 1805 par Geneviviève Pradeau. Entre 1920 et 1930 la maison connait des transformations importantes et de 1977 à 1979, des travaux de restaurations sont entrepris ainsi que la création de sa façade actuelle.

La case Bourbon et le lycée Leconte de Lisle

12 rue Monseigneur de Beaumont

Construite en 1873, la case Bourbon servait de logement de fonction aux proviseurs de l’ancien Lycée Leconte de Lisle (actuel Collège Bourbon). Elle abrite aujourd’hui les bureaux du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE).

Cet établissement, qui a plus de deux cents ans, est le seul lycée de l’île jusque dans les années 1960. Il a vu passer entre autre, Lucien Lacaze (l’Amiral Lacaze), Raymond Barre, Raymond Vergès et ses fils Paul et Jacques vergès, et, plus récemment, Valérie Bègue notre célèbre Miss france !  Pour l’anecdote, le sous-sol du Petit Lycée abritait une vaste pièce qui aurait servi de « cachot ».

Maison Foucque

145, Rue Jules Aubert

Cette villa créole, datant de 1869, abrite aujourd’hui les bureaux du service régional de l’Inventaire. Elle n’est pas classée aux Monuments historiques.

La Chapelle Saint-Thomas-des-Indiens

55, Rue Monseigneur de Beaumont

Cette chapelle, aujourd’hui désaffectée, a été fondée en 1850 par les jésuites. Elle est inscrite en totalité à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 22 octobre 1998.

L’Eglise Saint-Jacques 

Quartier Saint Jacques

Une première chapelle en bois est tout d’abord construite en 1843. Le 8 mai 1858, la nouvelle église en basalte enduit est consacrée par Monseigneur Maupoint. De 1901 à 1903 l’édifice subit deux agrandissements, mais également au début des années 1960. Elle n’est pas classée aux Monuments historiques.

Le Temple hindou Kalikambal

261, rue Maréchal Leclerc

L’origine d’un sanctuaire hindou rue Maréchal Leclerc remonte à 1917. Au fur et à mesure du temps le Temple se construit, s’agrandit et en mai 1996, la rénovation du bâtiment actuel est achevée. Il n’est pas classé aux Monuments historiques.

Temple Chane et Li Si Tong

Rue Sainte Anne

Fondé en 1896, Le Temple Chane, dédié à Guan-Di, faisait aussi office de maison d’accueil pour tous les migrants en provenance de Chine. Il n’est pas classé aux Monuments historiques.

Situé juste en face, Le Temple Lisi Tong, daterait selon de nombreux écrits de 1897. Le Temple de la traversée heureuse, regroupe les familles : Thiaw, Law, Tong. Il n’est pas classé aux Monuments historiques.

La Grande Mosquée Noor Al Islam

Rue Maréchal Leclerc

Commencée en 1898, la Grande Mosquée est inaugurée et ouverte aux fidèles en 1905. C’est la première Moquée de France. Son minaret culmine à 32 mètres. Sa façade est actuellement en travaux. Elle n’est pas classée aux Monuments historiques.

 

Malheureusement il n’était pas possible de visiter l’intérieur de toutes ces anciennes demeures, et je trouve dommage que certaines soient dénuées de leurs mobiliers d’époque pour être envahies par du mobilier très « administratif » mais nous avons vraiment fait de belles découvertes en cette journée européenne du Patrimoine !

 

*Sources : http://www.mi-aime-a-ou.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s